Maisons saccagées à Ndzauze, un comportement qui déshonore les forces de l’ordre

Peut-on punir des personnes pour des fautes qu’elles n’ont pas commises? Telle est la question que nous sommes en droit de se poser, face aux agissements des forces de l’ordre hier, à Ndzauze, qui ressemblent à une punition collective.

Des familles n’ayant aucun lien avec les événements tragiques de ces derniers jours, ont vu leurs maisons, fenêtres, meubles, téléviseurs et voitures endommagées délibérément par les militaires, selon les témoignages recueillis auprès des habitants. Ils les accusent d’avoir brisé certains magasins et d’avoir même attaqué la mosquée.

Ce n’est pas la première fois que les militaires s’adonnent à ce genre de vengeance aveugle. En mars 2021, à Sangani à Anjouan, des éléments des FCD ont saccagé des habitations et des véhicules, après que des jeunes de la localité aient détérioré un mur de leur caserne.

En juillet 2015, à Vanambwani les habitants ont subi les foudres de l’AND après l’affaire de la carrière de Colas à Handuli. Des maisons que certains ont mis toute une vie à bâtir, ont fini « dakandaka » démolis par ceux qui sont supposer les protéger.

On dit qu’une erreur devient une faute pour celui qui persiste. Il semble que nos militaires ont érigé en doctrine cette méthode d’intervention.

Un comportement inacceptable de la part de ceux qui sont censés assurer la sécurité des biens et des personnes. Les corps habillés ont un devoir d’exemplarité et d’éthique. L’usage de la force se doit d’être proportionné et justifié.

Or rien ne peut justifier que l’on détruise les propriétés de citoyens innocents sous prétexte que des jeunes de leurs villages se soient mal comportés.

La distinction entre une jungle et une société civilisée est le respect de la loi. Malheureusement, ceux qui doivent la faire appliquer sont les premiers à la violer dans notre pays.

Sous d’autres cieux des sanctions disciplinaires seraient prises envers les auteurs de ces dérapages. Chez nous, ils ont la bénédiction de leurs supérieurs.

Des agissements qui n’honorent pas les forces de l’ordre et contribuent à ternir leur image auprès de la population.

Images des dégâts constatés après l’intervention de l’armée:



Catégories :Edito & Opinions, Faits divers, Infos & actu, Vidéos

Tags:, , ,

%d blogueurs aiment cette page :