Wuambushu: le gouvernement comorien dénonce le virage extrémiste des élus de Mayotte | Al Comorya

Le gouvernement comorien a tenu une conférence de presse au ministère des Affaires Étrangères lundi 15 mai 2023. Il s’agissait de la première réaction officielle, depuis la rencontre entre ministres comoriens et français à Paris le 9 mai au sujet de l’opération Wuambushu à Mayotte.

Le porte-parole du gouvernement Houmed Msaidie, qui faisait partie de la délégation reçue au Quai D’Orsay, a apporté des précisions sur la position des autorités comoriennes, en ce qui concerne la reprise des liaisons maritimes.

Le ministre a rappelé la nécessité de réouvrir la ligne Anjouan – Mayotte pour les personnes qui voyagent de façon régulière et pour les départs volontaires depuis l’île au lagon. Il a insisté sur le fait qu’une vigilance accrue sera de rigueur au port de Mutsamudu et que les choses ne peuvent plus se dérouler comme auparavant.

Toutefois, il a de nouveau indiqué qu’il est hors de question d’accueillir des délinquants et des criminels. Sur l’insécurité qui ravage Mayotte, il a été catégorique: « Ce phénomène n’existe ni à Anjouan, ni à Moheli ni à Ngazidja. Nous avons une petite délinquance comme partout dans le monde, mais elle n’atteint pas les proportions que nous voyons à Mayotte. Les responsables de cette insécurité, ce ne sont ni Azali, ni Ikililou, ni Sambi… ce sont ceux qui ont colonisé cette île. Ces criminels ne seront pas accueillis chez nous. Les comoriens sont unanimes pour dire qu’on ne doit pas les accueillir. La France a accepté notre demande, pour qu’ils soient jugés et emprisonnés sur place. »

Houmed Msaidie s’est montré particulièrement critique à l’égard des élus mahorais. « Ils ont pris un virage extrémiste. » affirme le ministre avant d’ajouter, qu’ils donnent l’impression qu’ils incitent à l’affrontement entre les communautés vivant sur l’île, alors que si cela devait arriver, ils seront les plus grands perdants.

Il cite comme exemple, le centre médical de Dzoumogne qu’un collectif de mahorais avait fermé pour qu’ils ne soignent pas les comoriens. En réponse, des jeunes en cagoule ont fait une descente et ont saccagé l’établissement.

C’est la preuve, selon Msaidie que les positions extrémistes ne résolvent rien et que seul le dialogue direct entre mahorais et comoriens des autres îles, peut mener à des solutions.

« Les élus mahorais n’ont aucun moyen de nous imposer quoique ce soit. Ils ne peuvent que parler avec outrance»

Le porte-parole du gouvernement a rappelé, que leurs postures farouchement hostiles envers les Comores et les comoriens, sont un mauvais calcul sur le long terme car elles nuiront à leur désir d’intégrer la Commission de l’Ocean Indien et même à leur candidature pour accueillir les jeux des Îles. Il se demande comment peuvent-ils faire tout cela, sans avoir des relations amicales avec les Comores qui est un pays membre de la COI et qui a son mot à dire dans les prises de décisions.

Enfin, Houmed Msaidie a réitéré le souhait du gouvernement comorien de voir abrogé le visa Balladur. « C’est un acte règlementaire, même pas une loi. »

Du côté des religieux, une conférence s’est tenue Dimanche 14 mai au Palais du Peuple. Les ulémas et prédicateurs ont appelé à la paix et à l’unité. Ils ont insisté sur la fraternité qui doit unir les musulmans au-delà de leurs divergences. Citant le verset coranique « les croyants ne sont que des frères. Établissez la Concorde entre vos frères » ils ont imploré toutes les parties d’entamer un dialogue.

Cette initiative suit celle des notables qui ont appelé à une grande mobilisation contre l’opération Wuambushu.

À Anjouan ce sont les maires qui ont publié une déclaration « Les élus locaux de Ndzuwani disent non aux déversements au port de Mutsamudu, manu- militari, des comoriens vivants à Maoré. Ils invitent leurs frères de cette quatrième Ile à s’assoir autour d’une même table pour décider de notre avenir en commun sans l’influence de la France impérialiste »

Du côté comorien, le dialogue avec les mahorais semble être le mot d’ordre qui revient dans toutes les interventions.

Cette attitude de main tendue contraste avec les discours insultants et provocateurs de certains parlementaires mahorais envers les Comores.

Une chose est certaine. Ce sont toutes les composantes de la société comorienne qui sont vent debout contre l’opération Wuambushu. Une unanimité qui prouve que la question de Mayotte reste une ligne rouge à travers tout le spectre politique comorien.



Catégories :Edito & Opinions, Infos & actu, Siasa, Vidéos

Tags:, , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :