Édito : Za mula mula tsi za munu munu

Sur le continent africain, un vent de maturité, d’élégance et de courtoisie républicaines semble s’être emparé de certains présidents malgré tous les défauts qu’on puisse leur reprocher à juste titre.

Au Sénégal, le président Macky Sall a décidé que le nouveau grand stade du pays portera le nom de son opposant et farouche adversaire politique l’ancien président Abdoulaye Wade.

Pour rappel c’est sous la présidence Macky Sall que son fils Karim Wade fut emprisonné pour détournements de fonds avant d’être gracié en 2016.

L’opposition y voyait une instrumentalisation de la justice de la part du pouvoir Sall pour neutraliser un héritier politique qui suivait les pas de son père.

Malgré des années d’animosité et de conflits, le bon sens semble avoir prévalu, sans rancune personnelle, les deux présidents seront réunis pour inaugurer ce joyau architectural qui deviendra le nouveau jardin des lions de la Teranga.

Un geste symbolique qui contribuera à l’apaisement et l’unité nationale.

Non loin de nous, chez nos frères tanzaniens, la présidente Samia Suluhu a mis à profit sa visite à Bruxelles la semaine dernière, pour rencontrer l’opposant Tindu Lissu, farouche critique du parti au pouvoir CCM, ancien candidat à la présidentielle contre Magufuli, qui vit en exile en Belgique depuis une tentative d’assassinat en 2017 durant laquelle il fut atteint d’une dizaine de balles.

Cette main tendue, inattendue, fut unanimement saluée comme un pas courageux vers la bonne direction.

Au Kenya, depuis 2018, le président Uhuru Kenyatta et son opposant Raila Odinga, ont signé un pacte, un rapprochement appelé Handshake qui a permis de mettre fin à l’instabilité postélectorale.

Le président sortant s’apprête même à soutenir son ancien opposant pour les élections de 2022 dans un mouvement commun appelé Azimio la Umoja.
Tout cela au nom de l’intérêt supérieur de leur nation.

En Côte d’Ivoire, malgré un conflit qui a fait des milliers de morts, Ouattara et Gbagbo se sont réconciliés et l’opposant fut reçu en grande pompe par le président.

Que ça soit en Afrique de l’Est anglophone ou l’Afrique de l’Ouest francophone, le constat est le même.

La sagesse et la maturité politique, poussent les dirigeants à faire montre de respect et de considération envers l’opposition, car le temps où l’on humiliait ou éliminait physiquement les adversaires politiques est révolu.

Même les coups d’état militaires se font sans effusion de sang avec tout le respect dû aux anciens présidents, la Guinée, Mali et Burkina Faso en sont la preuve.

Chez nous, c’est le contraire qui se produit. L’opposition est réduite à sa plus simple expression, décapitée, privée de son leadership, puisque le régime a mis en résidence surveillée tous les adversaires à sa taille, à commencer par l’ancien président Sambi qui l’a pourtant aidé à accéder au pouvoir en 2016.

Un autre ex chef d’Etat Ikililou Dhoinine, tel Napoleon à Saint Hélène, n’a pas le droit de quitter son île de Moheli.

Les deux vice-présidents Mohamed Ali Soilihi et Nourdine Bourhane ne sont pas libres de leurs mouvements.

L’ancien gouverneur d’Anjouan Salami est en résidence surveillée et celui de Ngazidja Hassani Hamadi est en exile.

Avec tout cela comment peut-on croire à la sincérité du dialogue national?

On ne peut discuter avec Juwa sans inclure Sambi. On ne peut faire des pourparlers avec L’UPDC sans Mamadou et Nourdine Bourhane.

C’est comme si un parti souhaite dialoguer avec la CRC, Radhi et Orange mais sans inclure Azali, Msaidie et Kiki dans les discussions.
Qui donc prendrait au sérieux une telle proposition?

Le tableau sombre de notre pays, contraste avec l’esprit d’ouverture, d’apaisement et de réconciliation qui souffle dans certaines nations africaines.

Ceux qui conseillent ce régime sont-ils conscients qu’ils sont à contre-courant de la marche de l’Histoire?

Kweli za mula mula, tsi za munu munu.

Mohamed Moussa AlComorya



Catégories :Infos & actu, Siasa, Edito & Opinions

Tags:, ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :