Kays Soilihi : Droit de réponse à Patrick Roger, envoyé spécial du journal Le Monde à Mayotte

Droit de réponse à Patrick Roger, envoyé spécial du journal Le Monde à Mayotte. 

Permettez que je vous exprime ma déception après lecture de votre article consacré à la récente visite de deux ministres de la République française à Mayotte, mis en ligne le lundi 30 août 2021 à 14h sur le site du journal Le Monde.

Il m’étonne qu’un grand journaliste commette un article sur Mayotte sans mentionner une seule fois le fait que cette île est comorienne, et que les instances africaines et internationales considèrent comme telle et qu’elle est sous occupation française au mépris du droit international !
Faut-il rappeler que la résolution 3385 du 12 novembre 1975, pose clairement que les Comores sont une entité souveraine composée de 4 îles que sont Mayotte, Anjouan, Moheli et la Grande-Comore?

Et la présentation d’Anjouan (île comorienne), comme d’une île d’un pays étranger voisin de Mayotte, lors même que vous écriviez dans les colonnes du Monde il y a quelques mois, en l’occasion du dixième anniversaire de la départementalisation, que les diplomates français du Quai d’Orsay n’ont jamais soutenu cette flagrante violation du droit international et qu’ils se seraient contentés d’un accord de partenariat stratégique avec les Comores et le tour serait joué pour la France, afin de sauver ses intérêts dans la région et demeurer dans la cohérence diplomatique en terme de défense du droit international ?

Comment un journaliste de votre trempe manque du courage que nous connaissions des journalistes du Monde, à commencer par son fondateur, Hubert Beuve-Méry, par exemple à propos de la question de la torture et de l’indépendance de l’Algérie, pour dénoncer sur ce dossier la schizophrénie diplomatique française qui continue à critiquer la Russie, l’invitant à respecter l’intégrité de l’Ukraine sur la Crimée alors que symétriquement, depuis le 6 juillet 1975, date à laquelle les Comores sont devenues indépendantes conformément au résultat du référendum du 22 décembre 1974, les Comoriens ont massivement répondu « Oui » à la consultation sur l’indépendance à 94,56%?
Votre article établit que les Mahorais ont choisi un destin différent de l’indépendance à laquelle les trois îles ont opté.

Êtes-vous vraiment sérieux?
La question posée le 22 décembre 1974 à tous les Comoriens était la suivante : « Souhaitez vous que le territoire des Comores soit indépendant? »

Comment donc dans une consultation qui a invité à répondre par Oui ou par Non, et sans annoncer que le décompte se ferait île par île, un journaliste de votre facture ose avancer que Mayotte a choisi un autre destin sous prétexte que dans l’île on aurait choisi le « Non » à hauteur de 65% dans un climat de terreur mené par les sorodas, où toutes les basses manœuvres ont été déployées pour diriger le choix de la population?

Le prétendre est aussi absurde qu’entendre Marine Le Pen être traitée en présidente de Hénin Beaumont indépendant, car la commune aurait massivement voté pour elle lors des présidentielles de 2017.

Et le cocasse de trottiner à la vitesse de l’absurde, car, non seulement la question posée le 22 décembre 1974, n’a pas été de demander aux Mahorais de choisir s’ils veulent rester Français ou pas, mais qu’il a été simplement demandé à l’ensemble du peuple comorien uni de répondre par « Oui » ou par « Non » s’il souhaite que le Territoire des Comores devienne souverain.

Qu’on explique pourquoi il vous semble pertinent de remonter à l’origine de l’histoire de l’Afghanistan, à la résistance de son peuple contre les britanniques, en convoquant même le regard d’un Joseph Kessel, avec force rappel du contexte ayant plié ce pays à la longue histoire, en passant par l’invasion des Soviétiques et la résistance des Moudjahidines, pour aider à comprendre la naissance des Talibans, etc., alors que, deux poids deux mesures, l’on est incapable de dire que la France occupe illégalement Mayotte et que l’île demeure une partie du territoire souverain des Comores, conformément à l’Histoire, à la Géographie et au droit international.


Au moment où des milliers de Comoriens sont morts sur le bras de mer qui sépare Anjouan de Mayotte après l’instauration en 1995 du Visa Balladur, il apparaît que la France commet un crime résultant du déplacement forcé d’une population dans son propre pays au mépris de toutes les conventions et droits internationaux.Au lieu que la France fût grande, préparât et accompagnât de bonne foi les Comores vers leur indépendance, elle s’abaissait à une logique de la loi du plus fort, en divisant avec un cynisme méthodique le peuple comorien pour conserver des intérêts aux relents coloniaux, lors même qu’elle eût pu recouper ses intérêts stratégiques avec celles des Comores, pourtant en réalité les mêmes sur le temps long!

La presse dispose tout au moins d’un pouvoir moral et d’alerte. Si les journalistes français s’alignent sur la position cynique défendue par la France des réseaux coloniaux et des intérêts égoïstes, au moment où pèse sur eux une déontologique qui somme de coller à la vérité historique et de dire la réalité du drame que constitue cette indépendance inachevée, cependant que de nombreux Français ignorent le mépris du droit international dont fait preuve la France sur ce bout de terre de l’océan Indien occidental, c’est qu’effectivement le monde devient fou et que bientôt les Africains, même les plus francophiles, ne feront plus de différence entre Xi Jinping, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron.

Que faire? il nous faut déployer du courage et une imagination juridique sur les deux rives afin de trouver une solution et arrêter l’hémorragie des plus de 35000 morts de Comoriens depuis 1995.

Il revient d’ores et déjà à la France de cesser immédiatement de soutenir le régime sanguinaire et illégitime du dictateur Azali Assoumani.

La chute de la dictature donnera une chance aux Comores de retrouver la stabilité et permettre au terme d’élections libres et transparentes supervisées par les véritables amis des Comores, l’arrivée d’une nouvelle génération politique intègre et éprise de dignité et de droit, capable d’offrir au peuple comorien un destin qui épouse l’Etat de droit, donc légitime pour travailler à rebâtir un cadre de dialogue fraternel et apaisé entre les Comoriens des quatre îles d’une part, et avec la France, d’autre part.

Celle-ci aura d’autant plus à y gagner qu’elle verra ses intérêts géostratégiques véritablement sauvegardés sur le temps long.

L’apaisement politique et la réussite économique qui en découleront, apporteront stabilité à une grande partie de la population des trois îles souvent contrainte de partir à Mayotte afin de fuir la dictature et la misère.

Cela contribuera grandement à baisser la pression démographique du côté de Mayotte et ainsi atténuer certains problèmes annexes à la question migratoire.

À celles et à ceux qui verraient en mon opinion une quelconque hypocrisie d’un binational qui ne défend pas la France, je dirai deux choses:

– Je défends la grandeur de la France et elle ne l’est que lorsqu’elle incarne les grandes valeurs humanistes qui ont fait d’elle une grande nation.

Et la cohérence diplomatique est nécessaire pour que la nation française soit crédible et donc audible sur le plan international.

On ne peut pas condamner la Russie en Crimée et continuer depuis 46 ans à violer l’intégrité des Comores.

– La position qui est mienne est celle qui est notamment défendue par les communistes français depuis toujours.

Des grands noms de notre République ont soutenu cette ligne, notamment Jean-Pierre Chevènement, Pierre Mauroy, Pierre joxe et 57 autres députés de la nation qui ont en 1975 saisi les sages du Palais Royal pour dénoncer une violation du droit international et une manœuvre de balkanisation des Comores dont la France, ironie de l’Histoire, avait pourtant défendu l’unité avant l’accession à l’indépendance.


Kaïssi ABDALLAH



Catégories :Infos & actu

Tags:, ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :