Pourquoi l’Assurance Médicale Généralisée revêt une importance capitale?

C’est un projet qui peut bien changer la vie des comoriens de manière durable. Vendredi 9 juillet, a eu lieu la première réunion du Comité de pilotage du Projet d’Appui à la Mise en place et à l’Opérationnalisation de l’Assurance Maladie Généralisée aux Comores. Elle réunissait la Ministre de la Santé Loub Yacout Zaidou, celui des Finances Said Ali Chayhane, ainsi que l’Ambassadrice de France. Si elle est menée à bien, cette initiative constituera une avancée sociale significative.

La grande majorité de comoriens ne fréquente pas le milieu hospitalier faute de moyens. A Anjouan nombreux sont ceux qui se rendent à Mayotte pour bénéficier de soins. Le taux de de fréquentation des hôpitaux est estimé à seulement 10.25% au niveau national, avec respectivement 14,7% à Ngazidja, 20,21% à Anjouan et 8,9% à Moheli.

La mise en place de cette couverture sociale prenant en charge le coût des soins sera un soulagement pour les plus modestes.

Pour se convaincre de la nécessité de ce genre de programme, il suffit de regarder sur les réseaux sociaux, les appels à l’aide, les cagnottes en ligne, visant à secourir des familles en détresse n’ayant pas les moyens financiers de soigner un proche.

L’association Air Darassa du célèbre prédicateur Fundi Djibril, en a fait sa spécialité ce qui lui vaut une grande popularité.

La première phase de ce projet sera financée par La France à hauteur de 16 millions d’euros, dans le cadre du Plan de Développement France-Comores qui prévoit 150 millions entre 2020 et 2025.

Pour l’Ambassadrice de France Jacqueline BASSA-MAZZONI: « l’assistance médicale généralisée s’inscrit totalement dans les objectifs que poursuit la coopération française aux Comores« 

Elle estime toutefois qu’il faut élargir le tour de table et faire entrer de nouveaux partenaires notamment l’ONU, la Banque Mondiale et l’Union Européenne pour participer à l’effort commun et soulager le gouvernement comorien.

Si l’intention est louable, l’aide au développement, ne suffira pas à pérenniser un tel programme. L’Union des Comores doit trouver un mécanisme de financement de l’AMG sur fonds propres. Elle doit être incluse dans la Loi de Finances.

Seulement 10% du budget national est consacré la santé. C’est bien en deçà des 15% préconisés par l’ONU lors de l’ Engagement d’Abuja.

Il est donc nécessaire que les partenaires internationaux au développement, responsabilisent le gouvernement comorien pour qu’il tienne ses engagements, plutôt que de pallier à ses défaillances. Il en va de la poursuite à long terme de l’AMG, car l’aide ne peut se perpétuer éternellement.

Mohamed Moussa Al Comorya – Ne pas copier. Toute reproduction interdite –



Catégories :Infos & actu, Santé, Siasa

Tags:, ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :