Les Comores en route vers une épopée sportive à la CAN 2021?

Hier à Moroni, une grande partie de la population s’était revêtue du vert couleur de l’espoir, couleur porteuse de chance, pour suivre le match de l’équipe nationale. Les cœlacanthes ont été à la hauteur des espérances placées en eux.

Equipe nationale des Comores, Les Cœlacanthes

Ils ont battu à plate couture, le Kenya 2-1, dans leur magnifique stade de Maluzini, malheureusement vide, pour ce match à huis clos. Les Comores fanfaronnent en tête du groupe G avec 8 points, devant l’Egypte et le Togo. Il reste encore 2 matchs, et un seul point suffira à qualifier le pays à la Coupe d’Afrique des Nations.

C’est la première fois dans l’histoire du football comorien qu’une équipe va aussi loin. Dimanche soir, après le match, les supporters ont laissé exploser leur joie sur la place de l’indépendance.

Une parenthèse enchantée durant laquelle le peuple chavire dans l’ivresse de la victoire pour oublier les difficultés du quotidien, ou les tourner en dérision: « Kenya hahelelea mna nsti utsona mwendje » « le Kenya est tombé sur le petit pays sans électricité ». Voilà la chanson, que reprenaient les fans dans la pénombre de la capitale. Un humour qui symbolise la résilience du peuple comorien.

Si les comoriens sont si passionnés par leur sélection nationale, à l’image du commentateur Kassim Oumouri devenu célèbre sur Twitter, c’est parce ce qu’elle est la démonstration de ce que peut réaliser notre nation, lorsque l’on exploite à bon escient nos potentialités.

Les hommes d’Amir Abdou sont le reflet de notre archipel. Ils sont originaires de l’île de Djumbe Fatima, comme Faouz Faidine, d’Anjouan comme Yacine Bourhane, mais surtout de l’île au lagon, sur laquelle sont nés les deux buteurs de la soirée El Fardou et le nouveau venu Faiz Mattoir, qui du haut de ses 20 ans, marque pour sa deuxième participation à un match international. Une petite petite qui promet.

Si on compte également le but marqué par un autre mahorais Faiz Selemani à l’extérieur au Togo, qui nous a permis d’empocher 3 précieux points, on peut clairement dire que le succès des cœlacanthes doit beaucoup à ces jeunes mahorais qui arborent et défendent fièrement le drapeau comorien.

Divisés nous sommes invisibles, unis nous devenons invincibles.

Mohamed Moussa Al Comorya.



Catégories :Edito & Opinions, Infos & actu

Tags:, , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :