Reprise scolaire en pleine pandémie, le pari risqué du gouvernement

Faut-il reprendre les cours alors que la pandémie est sur une courbe ascendante?

Le Ministre de l’Education Nationale, Moindjie Mohamed Moussa a présenté son plan de reprise des cours, qui se fera en deux temps. D’abord le 1 juillet, puis ensuite, les élèves rattraperont les semaines manquées à partir du 14 septembre jusqu’au 5 octobre.

Une priorité est donnée ceux qui passent des examens nationaux cette année, c’est à dire les classes de terminale, 3ème et CM2.

Pour ce qui est de l’Université des Comores. Une première promotion d’étudiants entrera du 1er juillet au 8 août. Une deuxième du 10 août au 5 septembre. Une troisième du 7 septembre au 10 octobre.

La rentrée effective pour l’année scolaire 2020-2021 se fera le 25 Novembre. Ces nouvelles dates viennent remplacer celles annoncées le 13 mai par une note circulaire du Ministre de l’Education, qui informait la communauté éducative que la reprise des cours le 1 juillet 2020. La fin de l’année était fixée au 7 août et la rentrée 2020-2021 était programmée le 14 septembre. Cette note circulaire n’est plus à l’ordre du jour.

Il faut savoir que comme c’est le cas, un peu partout dans le monde, la pandémie a perturbé le calendrier scolaire aux Comores.

Face à l’inquiétude des parents, le Ministre Moindjie Mohamed assure que toutes les dispositions sanitaires seront prises. A titre d’exemple, il affirme qu’il n’y aura pas plus de 20 élèves par classe, pour le primaire et secondaire.

Cette rentrée scolaire soulève des interrogations à l’heure la pandémie est sur une courbe ascendante dans notre pays.

En effet, les chiffres sont alarmants. Le Ministère de la Santé a annoncé, le 20 juin 37 nouveaux cas de personnes testés positives au covid-19. Le 23 juin, ce sont 18 autres nouveaux cas qui ont été déclarés. Soit plus d’une cinquantaine de nouveaux cas en l’espace d’une semaine. Nous sommes à 265 cas au total dont 99 cas actifs et 7 décès.

Comment comprendre la fermeture des écoles lorsqu’il y avait moins de 10 cas et la réouverture aujourd’hui où nous atteignons les 265 cas et que le compteur ne cesse de s’affoler. Nombreux sont ceux qui se demandent où est la logique d’une telle décision?

Il semble que le gouvernement souhaite vaille que vaille éviter une année blanche, ce qui ferait tâche, mais à quel prix? C’est un dilemme cornélien, entre choisir de sacrifier une année ou prendre le risque de créer de nouveaux foyers de contaminations en milieu scolaire.

Mohamed Moussa « Al Comorya »



Catégories :Edito & Opinions, Infos & actu

Tags:,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :