L’ambition secrète d’airbus aux Comores

Lorsque vous apprenez qu’Airbus s’apprête à investir aux Comores, vous vous dites qu’il s’agit de désenclavement aérien pour ce pays n’ayant pas de compagnie aérienne nationale et ne disposant qu’aucun vol direct vers l’un des 20 plus grands hubs aéroportuaires mondiaux.

Ou si vous êtes un suiveur attentif de l’actualité Comorienne, vous avez peut-être pensé qu’il s’agit de remettre aux normes de sécurité, les aéroports de l’archipel, dont certaines compagnies à l’instar de Ewa refusent de desservir évoquant des motifs sécuritaires. 

Que nenni! Le géant des airs s’ intéresse à notre mer. Dans la matinée du jeudi 30 janvier 2020, une délégation de la société Airbus a été reçu au palais présidentiel de Beit Salam, par le Chef de l’Etat Comorien Azali Assoumani. 

Au menu des discussions un projet de sécurisation des eaux territoriales et des espaces côtiers. Depuis 2018, la rumeur court que l’avionneur Européen, avait dans ses cartons, un projet de surveillance maritime du canal de Mozambique. Ce qui n’était jadis qu’un bruit de couloir est désormais une chose officielle. 

La lente érosion de la souveraineté

Quelle idée saugrenue que de confier notre espace maritime à une entreprise d’un pays avec lequel nous avons un litige territorial, tout cela à l’aube d’importantes découvertes gazières et pétrolières  dans nos fonds marins. 
L’absence de délimitations de nos frontières, fait que notre ZEE zone économique exclusive est entourée d’une dangereuse aura d’incertitude. Le permis d’exploration pétrolière délivré par l’Assemblée Nationale des Comores inclut le territoire que La France estime être la ZEE de Mayotte. 


En pareille circonstance, le gouvernement Azali a la naïveté de croire qu’ Airbus veillera aux intérêts supérieurs des Comores au détriment de ceux de la France.  Idem pour la pêche illégale. Existent-ils des personnes assez crédules pour penser qu’Airbus ira alpaguer les chalutiers Européens qui pillent nos ressources halieutiques?


Le transport maritime des marchandises, les trafics illicites et les réseaux transocéaniques de télécommunications par câbles sous-marins, font que les mers territoriales sont devenues des enjeux géopolitiques. Cela exige de la part de l’Etat Comorien d’avoir une vision stratégique basée sur la défense de nos intérêts économiques avant ceux des autres. 

Visée hégémonique Française sur l’Océan Indien

Il faut prendre du recul et voir le contexte régional. La France a des conflits territoriaux avec trois pays de la Commission de l’Océan Indien, Maurice pour l’île Tromelin, Madagascar pour les îles Éparses et L’Union des Comores pour l’île de Mayotte. La France avance ses pions de manière minutieuse. Elle a un plan contrairement aux hurluberlus qui nous gouvernent. Selon des documents de l’Assemblée Nationale Française, l’accord de cogestion signé avec Maurice sur Tromelin doit servir de modèle à répliquer avec Madagascar et Les Comores.

 « Cet accord [sur Tromelin] pourrait contribuer à la solution d’autres contentieux dans la même zone en servant de référence sur le fond ou sur la méthode employée. Quatre des cinq États membres de la Commission de l’océan Indien (COI), Madagascar, Maurice, Comores et France (Réunion) n’ont pas pu trouver de consensus concernant la souveraineté sur certaines îles de l’océan Indien ainsi que sur la délimitation et le contrôle de leurs zones économiques exclusives (ZEE).  (…). Le présent accord pourrait inspirer d’autres accords susceptibles d’aplanir les difficultés tout en contournant l’obstacle du différend sur la souveraineté du territoire concerné ».

La stratégie Française est claire, pas de renonciation à sa prétendue souveraineté, pas de procédure arbitrale, la seule concession étant la cogestion.  Si après Maurice, Les Comores et Madagascar acceptent, La France aura la cogestion de quasiment tout l’espace maritime du canal de Mozambique, mais également  du Sud-Ouest de l’Océan Indien.   
Nos gouvernements géreront nos zones terrestres dépourvues de matières premières et la France cogérera nos zones maritimes riches en hydrocarbures et ressources halieutiques.

Ne pensez donc pas qu’Airbus vienne investir aux Comores, poussé par un esprit philanthropique.  L’avionneur n’ investit pas des centaines de millions de dollars par charité, il faudra qu’elle rentabilise. Par quel procédé, aura-t-elle son retour sur investissement? Que le gouvernement nous le dise. Airbus va créer une base de surveillance maritime qui aura un œil sur tous les pays de la région.

A la différence du dirigeant de Djibouti d’où Azali revient, qui fait payer les grandes puissances qui souhaitent être présents sur son sol, Les Comores s’offrent gratuitement, au premier venu, sans aucune réflexion sur les implications géostratégiques à long-terme d’un tel projet. Sous ce gouvernement le degré de subordination à La France dépasse l’entendement. Il ne reste plus que le drapeau Bleu Blanc Rouge soit hissé à Beit Salam.



Catégories :Non classé

Tags:,

6 réponses

  1. SERIUSEMENT AZALI ROULE POUR QUI?

    J'aime

  2. Pour information, ce n’est pas la division commerciale mais la division Airbus Defense & Space qui a développé des solutions de défense des côtes maritimes utilisées en Europe, en Australie et ailleurs. D’autre part, ce n’est pas une société française mais Européenne dont le siège social est en Allemagne et dont le CEO est Dirk Hoke, un allemand. Donc lorsque j’entends des sous-entendus sur l’hégémonie française, je suis surpris. Effectivement, Airbus Defense & Space n’est pas une entreprise philanthropique mais elle n’est nullement là pour des questions politiques.

    J'aime

  3. Merci Aloune ça nous rassure énormément de savoir que cette entreprise n’est pas Française mais Européenne, qu’elle défendra par conséquent d’abord les intérêts comoriens avant les intérêts Européens et donc d’une certaine manière de la France Européenne et actionnaire de cette même entreprise.
    Vous et ce gouvernement on se demande ce que vous en avez à faire du peuple.
    On finira bien par vous démasquer pleinement.

    J'aime

  4. Aucune entreprise du CAC40 ne peut se permettre d’ignorer la primauté des intérêts de la France. Les aides financières octroyées par l’UN sont gérées aux Comores par des entreprises françaises. Le jeu est connu depuis belle lurette. Ce qui nous inquiète par-dessus tout c’est l’extrême rapidité avec laquelle les choses sont conclues et que le vide (chaos) parlementaire ne peut pas jouer à notre faveur.

    J'aime

  5. Erratum les aides financières octroyées par l’UE l’Union européenne plutôt sont toujours gérées par des entreprises françaises qui ont le monopole desur appels d’offre y afférentes.

    J'aime

  6. Franchement même nos enfants comprennent que la france défend ses intérêts avant toute chose le général degaul la bien dis ( la france na pas d’amie , la france à des intérêt à deffendre) Air bus est une holleding européenne il n’est pas la pour protéger des côtes d’un pauvre comores , il est la pour les intérêts européenne en l’occurence francaise.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :